Mon cher Public tapageur…

Posted by on déc 2, 2010 in Ma vie d'artiste

Que te dire quand tu parles aussi fort que je chante (alors que moi j’ai un micro quand même !!) ?

 

Arf…, je ne veux pas t’embêter… Mais on m’a dit de venir faire le concert ici. On me donne même de l’argent pour cela. Et puis, figure toi qu’il y a même des gens qui sont là pour m’écouter.

 

Mais je sais toi, tu es venu pour dîner, pour jouir de l’ambiance, pour discuter avec les copains.

 

Public, ce soir, tu as été turbulent, difficile… Et moi j’ai été sévère, maladroite. C’est que, avant de monter sur scène, j’étais un peu nerveuse. Les aléas de la vie… tu sais… Tu ne m’en veux pas ? Moi non plus je ne t’en veux pas ! Prenons nous dans les bras ! 

 

Tu sais j’ai compris. Je ne suis pas ta Maman, pas ta maîtresse d’école, Public chéri.

 

Je suis ta petite fée.

 

Si tu as besoin de rêver un peu tu oublieras ta fourchette, tu mettras ta vibrante conversation sur pause, tu m’entendras. De toutes façons, la prochaine fois Public, je serai plus subtile.

 

Et si tu restes dans ton joyeux chahut, tant pis, je chanterai pour ton inconscient. Lui écoute toujours par dessus les conversations.

 

Car nous sommes tous connectés finalement…

 

On dira qu’il y a des parasitages sur la ligne ! Il faut bien reconnaître, que c’est dommage parce que dans ce cas, je suis obligée de me couper de toi pour garder ma concentration, faire un focus sur le filet de ma guitare ou de ma voix qui percent à travers le brouhaha général…

 

Ce soir, je me battais pour que tu me remarques, mais pourquoi faire ? Le son était trop faible puis  j’ai voulu surenchérir, j’ai joué plus fort, puis encore plus fort. Mais cela ne te fera pas m’aimer davantage.  De toutes façons, en murmures ou à pleine voix, je suis juste celle que je suis.

 

A partir d’aujourd’hui, si jamais tu t’agites encore comme un enfant hyperactif, je t’accepte tel que tu es. C’est ta soirée plus que la mienne après tout ! Je ne suis là que pour te servir…

 

Bien sûr et heureusement, le plus souvent tu entres dans mon royaume. J’essaie alors de t’accueillir comme un roi. Là, tu peux t’asseoir, tu peux te laisser aller, te perdre dans tes sensations, dans ton émotion… Tu vois bien que je me perds dans les miennes… Je te vois autant que tu me vois…Voilà, c’est un partage, nous sommes ensemble.

 

Sens tu l’énergie qui passe ? C’est bon… J’aime.

 

Et oui, je sens qu’il y a quelque chose comme de l’amour qui passe entre toi et moi. On se reconnaît. Mon cher et adorable Public… Que tu sois tapageur ou recueilli, je veux être ta petite fée, pour le meilleur et pour le pire !

 

(Du moment que le meilleur arrive le plus souvent, je continuerai ce merveilleux métier !)

 

Photos de haut en bas de : Hervé Sicart, Jean Christophe Leynadier, Sébastien Edwin Kunz.

Leave a Reply